jeudi 15 mars 2012

Dis-moi comment, je te dirai où tu mets au monde....



Accroupie, assise, à quatre pattes, debout... mais jamais couchée !
Et surtout pas dans son lit, ce qui signerait la mort du précieux... matelas bien sur !
Jusqu'à la fin du 19ème siècle, voire même jusqu'au début du 20ème, en France, on s'installe comme s'est installée sa mère, sa grand-mère avant elle et la mère celle-ci encore plus loin dans la mémoire de l'enfantement familial.
Et comme on ne voyage pas beaucoup, le régionalisme des positions de l'accouchement règne.
Ici dans le Poitou... On accouche à genoux.
Madame Cora Millet Robinet, la bonne dame de la Cataudière à Prinçay, s'en insurge dans son ouvrage de puériculture,
Le livre des jeunes mères,
plaidant pour l'abandon de cette position par les paysannes :
" L'usage d'accoucher à genoux, encore fréquemment adopté dans les campagnes, est très mauvais, et peut causer de graves accidents, comme la mort de l'enfant, ou chez la mère le renversement complet de la matrice. Il faut donc le combattre de la façon la plus absolue. "
"l'usage barbare d'accoucher à genoux quoique presque généralement adopté dans les campagnes est si monstrueux que je me suis abstenue d'en parler."

---------------
Position à genoux : Cotentin, Basse Normandie, Berry, Creuse, Gâtinais, Anjou au XVIIème, Haute-Maine au XVIIIème, jusqu'à la fin du XIXème en Poitou. En passant souvent de la position debout à celle à genoux.

Position entre deux chaises : Morvan.

Position debout avec appui supérieur pour les mains : Berry, Lorraine, Flandre, Cantal, Haute Loire, Ile-et-Vilaine, Bretagne, Aunis, Saintonge

Assise sur une autre femme, la position la plus fréquente. Midi Provençal, Auvergne.

Assise sur une chaise : Allemagne puis Alsace, nord-Est de la France.

Sans prédominance de position : Languedoc et Bordelais.

A quatre pattes : pas de régionalisme et plutôt mal vu.

Dans le lit : Rare jusqu'à la fin du XVIIIème ! Il faut avoir deux lits dont un "lit de misère" dans lequel la femme n'est pas allongée mais semi-assise. Elle s'y allonge lorsqu'elle s'épuise.

Devant l'âtre : quelle que soit la position. 



Sources :
Cora Millet Robinet, Le livre des jeunes mères.
Jacques Gélis, L'arbre et le fruit. Ed Fayard.


Je ne sais si Britney Spears a des origines poitevines, mais elle demanda au sculpteur Daniel Edwards d'immortaliser la position à genoux qu'elle choisit pour mettre au monde. Les poitevines se tiennent dans une position beaucoup plus verticale et s'agrippent au dossier de la chaise, Britney a choisi de s'accrocher à  la tête d'un ours.

Grâce à vos commentaires on aura peut-être ...Un p'tit plus pour le tout !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire