mardi 10 janvier 2012

La plume et le forceps - Claude Quillet 1655.



En 1655, Claude Quillet accoucheur, met l'alexandrin  au service de l'obstétrique ! 


"Callipaedia seu de pulchrae prolis habendae ratione poema didacticon." 


En voici la version traduite en français par Lancelin de Laval en 1774 :


Mais de l'accouchement lorsque le terme approche, 
Et que, pour respirer cherchant un plus grand jour, 
L'enfant veut s'échapper de son obscur séjour, 
Ayez soin que, gardant la posture ordinaire, 
Il ne se tourne point d'une façon contraire: 
Par un enfantement rude et laborieux, 
Il peut faire à son corps prendre un pli tortueux; 
Ses membres, tels alors qu'une cire molasse, 
De toute expression gardent d'abord la trace, 
Et, lorsqu'ils sont pressés par d'inhabiles doigts, 
D'une forme imparfaite ils subissent les lois. 
Aussi lorsque l'enfant, témoignant son envie 
De franchir tout à coup les portes de la vie, 
Présente ou les deux mains ou les pieds ou le dos, 
Que la matrone alors le saisisse à propos, 
Et, par le prompt effort d'une main ferme et sûre, 
Le retourne et lui donne une heureuse posture. 
Il convient qu'avec art réglant ses mouvements, 
Elle sache si bien employer les moments, 
Que la tête venant à passer la première, 
Tout le reste du corps suive et marche derrière, 
En sorte que l'enfant et sain et vigoureux, 
Sorte de sa prison sans accidents fâcheux. 
C'est là pour un mortel le seul moyen de naître, 
Car il faut qu'avant tout, se hâtant de paraître, 
La tête voie enfin la lumière du jour, 
Et qu'ensuite le corps se présente à son tour... 


------------
Au cas où il resterait des latinistes, je vous livre volontiers la version originale :


Immo et maturi quum jam jam tempora partûs 
Instabunt, lucisque puer majoris egenus 
Gestiet oethereas tandem se prodere in auras ; 
Tunc quoque provideas, ne proruat impete pravo, 
Difficilique ortu corpus distorqueat infans. 
Cerea, si nescis, hoc tempore, membra miselli 
In quamcunque (nefas !) formant ducuntur inepte ; 
Et soepe illepidam sortitur Agrippa figuram. 
Atque ideo extentis pedibus si prodeat, aut si 
Hanc illamve manum muliebria ad ostia tendat, 
Vel dune obverso natales tentet acerbos; 
Mox fida obstetrix, habilis molimine dextroe 
Corrigat errantem molum, in meliusque reducat: 
Dum capite educto primum, reliquoque sequente 
Corpore, se facili promal conamine nalus. 
Unicus hic etenim cunctis nascentibus aptus 
Est modus, ut primo in coetum se vertice prodant... 









4 commentaires:

  1. C'est superbe dis-donc ... la version traduite me convient tout à fait ... quelle trouvaille !!! merci.
    bises

    RépondreSupprimer
  2. Je n'ai pas vérifié non plus la qualité de la traduction ;-)
    Bises !

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour ,je découvre vos sites grâce à Geneanet et je les trouve très intéressants .Savez-vous qu'à Rouen il existe un musée Flaubert de la médecine qui présente la machine de Madame de Coudray pour instruire les jeunes sages -femmes au XVIII siécle ? Sur le site http:www.medarus.org ,rubrique medecins et médecines du monde puis femmes médecins et sages femmes ,vous trouverez des informations sur Madame de Coudray et son enseignement .
    A bientôt,
    Martine Hautot

    RépondreSupprimer
  4. Merci Martine ! Ah le musée Flaubert, j'irai un jour ! J'ai fait un article sur Madame du Coudray et sa "machine", j'ai du mal à le retrouver... mais il n'est pas loin !
    Je note votre lien que je vais consulter de ce pas !
    A bientôt !

    RépondreSupprimer