samedi 22 octobre 2011

Elisa, fille de sage-femme. E. de Goncourt - 1877


Elisa est fille de sage-femme. 
Trop souvent, la nuit dans ses cauchemars, un ange passe....
------

Les accouchements du bureau de bienfaisance à huit
francs, les accouchements de la maison à cinquante francs, y
compris les neuf jours de traitement, ne couvraient pas toujours
les dépenses de l’entreprise. Dans l’année, presque tous les mois,
revenaient des semaines où des billets, plusieurs fois renouvelés,
se trouvaient chez l’huissier, où le crédit s’arrêtait chez le boucher,
la fruitière, le charbonnier. Ces semaines-là, le portier avait
l’occasion de voir redescendre, toute pâle et se tenant à la rampe,
la jeune fille montée, quelques heures avant, chez la sage-femme.
De ce quantième du mois commençaient, pour la misérable
femme, les jours inquiets, les jours anxieux, les jours tremblants
du Crime, les jours où dans le regard qui s’arrêtait sur elle, elle
percevait un soupçon; où dans la parole, qui, sur son passage,
s’occupait d’elle, elle flairait une dénonciation; où la lettre qu’on
lui remettait lui faisait trembler les mains, comme à la réception
de la lettre de mort de l’avortée; des jours, enfin, où chaque coup
de sonnette lui semblait le coup de sonnette « du chien du
commissaire ». Ce souvenir obsédant, elle voulait qu’il cessât, au
moins pendant quelques heures, d’être toujours là présent et
menaçant dans sa mémoire, et elle buvait, et ses noires ivresses
finissaient toujours par des violences.



La Fille Elisa (Edmond de Goncourt - 1877)
Cliquez sur l'image pour lire le roman. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire