lundi 14 février 2011

Révolutionner l'accouchement.







« L’homme ne naissant aujourd’hui que pour servir l’état et la société sans autre distinction que celle de ses vertus ou de ses talents, ces titres inaliénables et sacrés doivent intéresser plus que jamais la sollicitude des corps administratifs sur les moyens de veiller à sa conservation. Des expériences funestes ne nous ont que trop justifié l’insuffisance des sage-femmes. On en voit une infinité surtout dans les campagnes qui travaillent aux accouchements sans la plus légère idée des principes sur cet art. Si ces femmes n’ont pas acquis la connaissance des parties de la mère et de l’enfant sur lesquelles elles opèrent, comment peuvent-elles distinguer ces parties pour les traiter avec tous les ménagements qu’exige leur délicatesse ? Le succès des instructions gratuites ci-devant données aux femmes qui se destinent à la profession d’accoucheuse, ne peut que nous engager à protéger et à soutenir de tout notre pouvoir un établissement aussi utile à l’humanité. Nous annonçons en conséquence, que le 15 du moi de Mai prochain, il sera ouvert, en la maison du Sieur Maury, Chirurgien à Poitiers, un Cours Public et gratuit sur l’Art des Accouchements. Ce cours ne durera que l’espace d’un mois. Le démonstrateur éclairé à qui nous en confions le soin, le dirigera d’une manière à ce que le temps soit utilement employé. Les Femmes de ce département, au dessous de quarante années, qui voudront prendre part aux intructions du Sieur Maury, se rendront le 14 du dit mois, munies de certificat de bonne vie et mœurs, délivrés par les Officiers Municipaux de leur paroisses respectives. Il sera pourvu pendant la durée du cours, au logement et à la subsistance des Femmes qui le suivront. Fait à Poitiers, le 15 Avril 1791.

 

Remonter le temps avec le même sujet permet d'apprécier la naissance d'un style. Ici le ton est moins emphatique.

Le Sieur Maury (on ne l'appelle pas encore citoyen), n'est pas né d'hier. Nous verrons que son combat pour enseigner les sage-femmes précède la révolution. Probable médecin de la noblesse locale, sa démarche n'est pas opportuniste, les preuves de son dévouement sauvent sa tête.

La prochaine affiche et les documents associés que je partagerai ici en apportent la preuve.

L'élan était donné, il trouve en 1791 une détermination politique.



Document Archives Départementales Série L210
Grâce à vos commentaires on aura peut-être ...Un p'tit plus pour le tout !
Posted by Picasa

1 commentaire:

  1. Bonjour,
    Un ami viens de me montrer un livre datant des années 1760, et en recherchant sur internet je suis tombé sur votre document.
    Avez vous remarqué que à cette époque les S étaient remplacé par des F. Savez vous pourquoi?
    Cordialement

    RépondreSupprimer